Un fan de Dragon Ball tente de se transformer en Super Saiyan et meurt d’une rupture d’anévrisme


Qui n’a jamais essayé ? Qui n’a jamais tenté dans l’intimité de sa chambre ou de sa salle de bain de se transformer en Super Saiyan, ce fameux type de guerriers surpuissants issu du manga et dessin animé Dragon Ball qui a porté toute une génération ? Et bien il semblerait qu’une nouvelle tentative d’un fan de la série ait tourné au drame puisqu’après avoir désespérément essayé de devenir lui aussi un guerrier légendaire, Valentin Guestre, un trentenaire habitant Rouen en Seine-Maritime a été retrouvé mort à son domicile suite à une rupture d’anévrisme. L’autopsie confirme que c’est potentiellement l’hypertension artérielle provoquée par sa transformation ratée qui serait à l’origine de son
décès. Récit.

drag

L’effort de trop

Des yeux qui deviennent bleus, des cheveux bruns qui se hérissent avec force et deviennent ensuite blonds. Ce sont les incontournables signes physiques de cet état fictif créé par Akira Toriyama, le père du manga Dragon Ball. Une transformation devenue célèbre en France grâce à l’adaptation en dessin animée diffusée dans le Club Dorothée au début des années 90. Et c’est cet état particulier qu’un homme de 29 ans a essayé d’atteindre avant de mourir brutalement d’une rupture d’anévrisme.

dt

Le Dr Julien Wallon, responsable du service Autopsie du CHU de Rouen est celui qui a réceptionné la dépouille de Valentin Guestre dans la nuit d’hier à aujourd’hui : « Nos examens confirment bien la piste de la rupture d’anévrisme. C’est en fait une trop forte et trop longue contraction musculaire qui a engendré une surpression dans l’artère de son cerveau. La paroi de cette artère s’est violemment dilatée sous la pression jusqu’à atteindre la rupture. Ce qui a entraîné le décès de Valentin Guestre. » et le docteur de résumer pédagogiquement : « Techniquement, comme on dit dans le milieu médical : « Il a trop poussé. »

L’autopsie en question a été pratiquée par Baptiste Guillon, médecin légiste au CHU qui n’en revient toujours pas de la violence d’une telle mort : « C’était un carnage à l’intérieur. En 24 ans dans la profession j’avais jamais vu ça. Quand j’ai constaté les dégâts, ça m’a rappelé ces images d’immeubles détruits après un bombardement ou un attentat à l’explosif. C’était pareil mais à l’échelle de son cerveau. »

Selon l’équipe de l’hôpital de Rouen, le décès de cet amateur de Dragon Ball serait survenu entre 25 et 30 minutes après le début de son effort. Quasi une demi-heure de concentration et de contraction pendant laquelle ce normand qui adorait le jeu de cartes Magic et le Tiramisu a visiblement repoussé les limites de son corps sans pour autant atteindre l’état de Super Saiyan tant espéré. Sa mère, chez qui il habitait encore, tente de surmonter sa tristesse tout en faisant preuve de lucidité sur son fils en reconnaissant les prédispositions qu’il avait : « Il était con. Je l’aime comme une mère peut aimer son fils. Mais il était con. » nous lance t-elle en larmes par téléphone.

Lire la suite sur legorafi